La centrale nucléaire de Fessenheim

La centrale nucléaire de Fessenheim est située sur la commune de Fessenheim (Haut-Rhin) à 23 kilomètres au Nord-Est de Mulhouse, en bordure du grand canal d'Alsace, entre Bâle (40 km en amont) et Strasbourg (100 km en aval).


Présentation de la centrale

Elle a été mise en service en 1977 et sa construction a commencé en 1970. C'est la plus ancienne centrale française actuellement en exploitation. Après 30 ans d'exploitation, elle a produit plus de 320 milliards de kilowattheures d'électricité de 1977 à début 2007.

Environ 660 agents travaillent à la centrale de Fessenheim. À cela s'ajoutent environ 2000 postes de travail indirects (intérim, sous-traitants, ...).

La centrale nucléaire verse chaque année plus de 16 millions d’euros de taxes aux collectivités locales. La taxe professionnelle de la commune de Fessenheim provient à 70 % de la centrale nucléaire.

Description technique et réacteurs nucléaires

La centrale possède deux réacteurs nucléaires à eau pressurisée (REP) de 890 MW électriques net chacun. C'est une centrale du type CP0 (contrat palier), comme celle de Bugey. Elle a donc une salle des machines commune alimentée par ses 2 bâtiments réacteur. La température moyenne de l'eau du circuit primaire est d'environ 302.9°C pour une pression de 155 bars. Chaque « tranche nucléaire » de Fessenheim comporte 1 réacteur, 3 générateurs de vapeur et 3 pompes primaires.

Polémique sur la fermeture de la centrale

La centrale de Fessenheim est la plus ancienne centrale actuellement en activité sur le territoire français. L'étude initiale a permis de déterminer une durée d'exploitation en toute sureté de 40 ans. (Rapport initial de sûreté de 1971, confirmé par le rapport définitif de sureté de 1977). Cependant, le suivi des centrales du même type à travers le monde à permis de remarquer le bon vieillissement de ces dernières leurs permettant de ce fait une exploitation de 60 ans.

L'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) donne son accord tous les 10 ans à la poursuite de l'exploitation à la suite d'inspection approfondies réalisées durant les visites décanales..

À l’occasion des 30 ans de la centrale nucléaire de Fessenheim, Le Réseau « Sortir du nucléaire » a demandé sa fermeture immédiate. Pourtant, la centrale « fonctionne en toute sécurité » et son état est actuellement « globalement satisfaisant », ont certifié l'exploitant EDF et ses tutelles, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et la DRIRE, représentant régional du ministère de l'Industrie.

L'Association trinationale de protection de la population des alentours de Fessenheim (ATPN), qui regroupe des villes comme Fribourg (Allemagne), Bâle (Suisse), des communes allemandes, suisses et françaises, des associations et des particuliers, a déposé un recours devant le tribunal administratif de Strasbourg en juillet 2008. Le 17 octobre 2008, le Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire a rejeté — sans explication ni proposition de concertation — le recours gracieux déposé par l'ATPN.

L'ATPN a donc décidé de saisir le Conseil d'État et « s'apprête en outre à saisir la Commission européenne d'une plainte contre la France.»

Une manifestation d'antinucléaires a eu lieu le 3 octobre 2009 à Colmar, en faveur de la sortie du nucléaire et pour la fermeture de la centrale de Fessenheim. 10000 manifestants selon les organisateurs, 3500 selon la police, sont restés bloqués sur la place de la gare par 3500 policiers selon la préfecture, 10000 selon les organisateurs.


Risque sismique

Selon un rapport de l'Autorité de sûreté nucléaire datant de l'an 2000, certaines fonctions de sauvegarde assurant le refroidissement du réacteur pourraient ne plus être assurées en cas de séisme. La découverte de cette anomalie a conduit la centrale nucléaire à déclarer un incident de niveau 1 sur l'échelle INES. Fessenheim au cinéma Dans L'inspecteur ne renonce jamais (The Enforcer), film américain de James Fargo sorti en 1976 avec Clint Eastwood, il est fait référence au Centre de Fessenheim. Un dialogue du film évoque un attentat à la bombe qui aurait visé le Centre.